Les Poètes de la Montérégie

Plus de 28 ans de rencontres avec des amis de la poésie

Raymonde Roussel

 

TOMBE LE JOUR DELIRIUM

Après le dernier vol de la colombe
Quand le jour tombe

Après l’éclatement de cette bombe
Tout devient plus sombre

Peu survivent à l’hécatombe

Comme je suis du nombre
Il se peut que moi aussi je succombe

J’attends que le rideau retombe
Et que se lève une nuit d’ombres

Resteront les mémoires d’outre-tombe

Enfants de l’oubli
Amis inconnus
Se balancent sur une corde émotive
Témoins impassibles

Absence dans la présence
Désarroi momentané
Un nom sur un visage
Instant éphémère

Une vague dans l’amnésie

Rien ne peut arrêter le parcours
Vers les limbes du savoir
Mots enfuis par la porte entrouverte
Sans mémoire de cellules en allées
Le sentier plein de toiles d’araignée
Mène vers l’obscurité définitive

Un craquement irréversible
Sonnera le glas de l’éternité
Lorsqu’un roulis emportera
Le ciel sur un plateau




Réagissez