Les Poètes de la Montérégie

Plus de 28 ans de rencontres avec des amis de la poésie

Chantal Reichel

 Chant du cygne La colère de Dame Nature

Quand mon dos se courbera

Sous le lourd poids des années

Que mon visage se froissera

Comme du papier griffonné

Je ne veux pas regretter

Je ne veux pas être amère

Je ne veux pas raconter

Ce que j’aurais voulu faire

Je veux sourire en pensant

À la vie que j’ai choisie

Je n’aurai pas fait semblant

De tant aimer cette vie

J’aurai marché dans les champs

J’aurai semé du bonheur

J’aurai chanté tous mes chants

J’aurai bien comblé mon cœur

Des écrits pour faire le bien

Des paroles de réconfort

Des créations et coups de main

J’aurai travaillé bien fort

J’aurai aidé mes frères

Fait reculer la misère

De mon passage sur la terre

Je pourrai être fière

Voilà ce qui se dira

Lors de mon chant du cygne

Ma destinée sera moi

Je persiste et je signe!



Mais pour qui vous prenez-vous?

Pour les maîtres de la terre?

Mais pour quoi me prenez-vous?

Pour votre ressource financière?

Je suis cette Dame Nature

Que vous violez, que vous pillez

En colère devant vos souillures

Mes cicatrices, j’ai peine à panser

Vous détournez mes rivières

Souillant l’eau, votre plus grand bien

Pour des barrages et chimères

Dont vous n’avez nul besoin

Vous exterminez mes forêts

Le poumon de votre santé

Sans reboiser, avec excès :

Gaspillage éhonté!

Vous détruisez mes montagnes

Sans égard pour leur majesté

Semant désarroi et hargne

Pour de l’argent à empiler

Vous martyrisez les animaux des champs

Souillant votre air de leur lisier

Oubliant qu’ils sont des êtres vivants

Leur souffrance, vous la vendez!

Devant tant d’inconscience

La révolte en moi a grondé

Faisant fi de votre science

Des cancers je vous ai légués

J’ai englouti des maisons

Des vies humaines et votre argent

Dans mes déluges et mes typhons

Mes tsunamis, mes ouragans

Je croyais ainsi vous forcer

À voir en face la réalité

Vous faire enfin réaliser

Que votre avenir est menacé

Mais vous refusez d’apprendre

Des erreurs de votre passé

Mes richesses, vous êtes prêts à les vendre

Pour votre avarice démesurée

C’est dans ma nature de me défendre

Pour préserver, ainsi ma vie

Je n’hésiterai point à vous pourfendre

Car sans moi, vous êtes anéantis!

Chantal Reichel

5 mai 2006

Réagissez