Les Poètes de la Montérégie

Plus de 28 ans de rencontres avec des amis de la poésie

Diane Labbé Dubois

Diane Labbé Dubois 2010

LA LUMIÈRE QUAND TOMBE LE JOUR

Jeune, jolie, unique et solitaire,
Il était une fois, la lumière…
Elle avait jaillie,
On ne sait d’où…
Sur le passage
De son mouvement perpétuel
S’allumait partout des étincelles…

Ses danses rendaient fous
À rendre l’âme
Les ténèbres saoûls…

Puis, s’apaisant un jour,
Elle découvrit qu’autour d’elle
Se bousculaient des âmes
En espérance de rayons stables…

Pour mieux diffuser sa flamme,
Elle décida d’établir maison sur mesure
Dans des soleils grandeur nature…

C’est ainsi
Que jour et nuit
Au coeur des univers
Grands et petits
Elle donne à fond sa vie…

Quand tombe le jour
Au pied de la terre
Et que se retirent
Dans la pénombre,
Les beautés de la lumière,
La terre s’étend et s’éteint
Pendant que le ciel
S’étire plus loin
Dans les bras du vent
Qui transporte et répand
Sur d’autres continents
Les parfums d’amour et de paix
Des vivants d’aujourd’hui…
_____________________________________À lire aussi sur un autre site web

Le paysage nomme le pays que nous sommes

LE PAYSAGE NOMME  LE PAYS QUE NOUS SOMMESLa tête de la montagnese perd de vue dans les nuages

atteignant un ciel tout autre

 

sur la montagne abrupte

parfois les rêves se cassent

les jambes et le cou

 

Le paysage nomme le pays que nous sommes

 

sur la route champêtre

la volupté du vert transforme les arbres

en émouvants luminaires

 

la route sinueuse court les sous-bois

insinue le doute et traine ses pieds

dans la solitude

 

Le paysage nomme le pays que nous sommes

 

le fleuve émancipe

ses largesses, ses hauteurs,

ses gestes d’éclat

 

la rivière impétueuse

se jette parfois au cou

d’un fleuve lent, lourd et froid

 

Le paysage nomme le pays que nous sommes

 

alors cultivons l’air ambiant

arrosons d’eau douce les pluies acides

portons à bout de bras la fleur et le fruit

offrons-leur un ciel clair

semons des paroles d’embouchures

cueillons le verbe à la source

et nos rêves dans l’éveil

car nos paysages intérieurs créent ceux de la terre

et nomment l’univers que nous sommes

 

©Diane Labbé Dubois

2010

Réagissez