Les Poètes de la Montérégie

Plus de 30 ans de rencontres avec des amis de la poésie

Un mot de Diane laissé à Eastman

15 août 2019

Récital Roland Jomphe à la maison des SNJM de Longueuil

27 mai 2019
Mary Chouinard, membre des Poètes de la Montérégie, a présenté dimanche 26 mai 2019 une conférence sur le poète de la Minganie, Roland Jomphe, avec une présentation visuelle de Georges Beaulieu. La conférence a été suivie d’un récital des poèmes inspirés par la lecture des poèmes de Jomphe. On reconnaitra dans cette photo les poètes présents à ce récital. De gauche à droite en première rangée : Doris Maltais, Raymond Pilote, Marie Lasnier, Sœur Maryse Moisan, l’hôtesse de l’événement et Mary Chouinard, la conférencière. En seconde rangée, Georges Beaulieu, Claudette Poirier, Diane Duquette, Patrice Meunier, Céline Maltais, Gilles Pépin et Micheline Gladu. Photo: Patrice Meunier. pour d’autres photos de l’événement, cliquez ici

Mary, membre honoraire de Culture Montérégie

2 avril 2019

Culture Montérégie a nommé à titre de membre honoraire de l’organisation, Mary Chouinard.


Merci beaucoup pour toutes ces années d’engagement au sein de la culture de la Montérégie.

Elle était accompagnée de Sylvain Massé, à gauche, président de Culture Montérégie et de Nancy Bélanger, à droite, directrice générale de Culture Montérégie.

Félicitations à notre dévouée secrétaire des Poètes de la Montérégie !

Nicole Descôteaux

7 février 2019

Nicole Descôteaux membre du cercle Les poètes de la Montérégie depuis 1996 nous a quittés. Avec Raymond Pilote, son compagnon, ils formaient la proue et la poupe de notre navire qui explore les mers de la poésie en Montérégie depuis maintenant 30 ans. Vice-présidente du cercle pendant plusieurs années, Nicole était toujours à toutes les œuvres. Ouvrez un recueil de poésie publié au Cercle depuis 1996 et vous y découvrirez immanquablement Nicole comme auteur ou comme maquettiste du volume. C’est donc à une quinzaine d’ouvrages de poèmes écrits par les membres auxquels elle a participé. Nicole a aussi publié dans une vingtaine de revues de poésie. Soulignons qu’elle a reçu trois prix d’excellence au Festival international de la poésie de Trois-Rivières et on ne sait pas ce qu’elle aurait pu décrocher d’autres si sa santé ne s’était pas détériorée. Elle m’avait dépêché pour aller chercher son dernier prix. Cela m’a donné l’occasion de constater dans quelle estime on la considérait au Festival de Trois-Rivières.

Voici un extrait des derniers vers du poème qui lui a valu son second prix :

quel est ce corps
qui borde l’âme ?

pourquoi tout ce noir
au-dedans et autour ?

je ferme les yeux
pour mieux basculer dans le bleu
du dessein qui m’englobe

depuis l’inexpliqué

Nicole a aussi publié d’autres recueils dont l’excellent Au-delà de la traversée suivi de Ciel à fleur d’onde (2010, 82 pages) dont voici les derniers vers.

J’émonde le passé
pour la survie du germe
entrainée

par un désir sous-jacent
de rejoindre une étoile

l’horizon s’éteint
au renoncement du jour

 palissent alors tous les soleils
dans les albums d’exil

la nuit émaille de tendresse
le geste inaltérable
de l’Amour

Il y aurait beaucoup à écrire sur les vers de Nicole Descôteaux. Je poserai simplement la question : pourquoi notre amie Nicole écrivait-elle depuis toujours cette poésie fine et profonde ? J’emprunterai une explication à Pierre Ouellet, un poète québécois qui s’est beaucoup penché sur l’écriture poétique. Ouellet dit qu’on écrit pour «vivre dans l’ombre de ce qu’on écrit». «Voilà ce qu’on cherche quand on écrit…parce que vivre ne suffit pas : une histoire, un visage, ce n’est jamais assez. Un seul destin, c’est comme n’en avoir aucun. On écrit pour s’en donner mille et un.» J’arrête ici la citation et je l’applique à Nicole Descôteaux qui a écrit tant et tant pour ouvrir des vies à travers les mots. Nicole existe vivante maintenant dans ses écrits et nous pouvons la retrouver en lisant ses poèmes. Les poètes cherchent toute leur vie par l’écriture de nouveaux chemins, de nouvelles vies.  Passez à la bibliothèque de Beloeil dans la salle des périodiques, une vitrine lui est dédiée.

Georges Beaulieu, février 2019

 

Deux poètes à la vitrine de l’Empress of Ireland

26 septembre 2017

Mary Chouinard et Marie Lasnier ont monté une vitrine sur le naufrage de l’Empress of Ireland de 1914 au large de Pointe-au-Père.  Grâce aux objets du collectionneur, monsieur Guy D’Astous de Mont-Saint-Hilaire, les Poètes de la Montérégie ont créé un récital de poésie au Musée des Beaux-Arts ce printemps.  Le groupe a repris ce récital à Longueuil au cours de l’hiver 2018.   Cliquez sur les photos pour agrandir au besoin.

Deux poètes aux percussions

25 septembre 2017

Lors de son tour de chant Maxime a convié Pascal à un duo de djembé samedi soir 23 septembre 2017 au Café Le Passeur de Mont-Saint-Hilaire.  Maxime a aussi donné une excellente interprétation d’un poème de Gérard St-Arnaud Bonne fête papa

À gauche, Pascal Bonneau et à droite, Maxime Guignette, membres des Poètes de la Montérégie.

Jean Sioui à Mont-Saint-Hilaire

12 février 2017

Samedi 11 février 2017  –  À la Maison des cultures amérindiennes de Mont-Saint-Hilaire, le poète de Québec de la Nation huronne-wendat,  Jean Sioui,  animait un atelier de poésie en présence de plusieurs invités et des Poètes de la Montérégie.

Mary Chouinard remercia le poète avec une «catalogne» de quelques-uns des vers de Jean Sioui qui l’avaient touchée. 

La vitrine de la poésie amérindienne

11 février 2017

Passez voir à la Bibliothèque de Beloeil une vitrine proposant quelques recueils de poésie amérindienne.  Profitez de l’occasion pour les emprunter. 

 

 

 

 

 

 

Cela mérite bien une photo ! Bravo Marie Lasnier, Mary Chouinard et Céline Maltais, la photographe. Cliquez pour agrandir les photos au besoin.

Récital KASÀLÀ

27 janvier 2017

Dimanche 22 janvier les Poètes de la Montérégie présentaient un récital de poèmes, inspirés de la tradition du Kasàlà, un art poétique africain qui célébrait dans les clans, les familles et les villages la grande valeur de l’humain.

Pascal Bonneau, poète du groupe accompagnait les poèmes Kasàlà avec un Djembé.  Ce récital était tenu devant une centaine de religieuses de Longueuil à l’initiative de Sr Maryse Moisan (dernière à droite) qui eut droit à un poème-diaporama Kasàlà conçu et animé par Mary Chouinard et mis en représentation par Georges Beaulieu.

Quand Mary rend visite à la poète Eugenia, artiste en résidence à Coaticook

7 septembre 2016

[vc_row][vc_column width=”1/2″][vc_column_text]Artiste en résidence

Sur les murs immaculés de lumière
De cette antique maison
Où s’affairait jadis postier ou postière
Des pans de sa vie en exposition
Ses tableaux tel un arc-en-ciel
De belles femmes épanouies
Aussi chics que bouquetières
Animent et colorent les lieux
Avec leurs élégantes tenues
Signées d’originales couturières[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width=”1/2″][vc_single_image image=”5871″ img_size=”full” onclick=”zoom” css_animation=”appear”][/vc_column][/vc_row][vc_row full_height=”yes” equal_height=”yes”][vc_column width=”1/2″][vc_single_image image=”5873″ img_size=”full” onclick=”zoom”][/vc_column][vc_column width=”1/2″][vc_column_text]L’artiste en résidence renoue le fil suspendu
Du talent des femmes de la famille
Des broderies fleuries issues de leur rêverie
De mère en fille les points retenus
Maintenant s’éclatent dans sa peinture
Pour une seconde et une nouvelle vie[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width=”1/2″][vc_column_text]Sur une table attirant le regard
Modèle sculpté des mains de l’artiste
Joli clin d’oeil à Degas
Comme échappée du tableau du maître
Gracieuse ballerine Muse en taffetas

Dans un cerceau confondu
Bout de nappe enserré
Devient capteur inattendu
De souvenirs à disperser
Autant que plumes blanches
Aux quatre vents

©Mary Chouinard
21 août 2016[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width=”1/2″][vc_single_image image=”5877″ img_size=”full” onclick=”zoom”][/vc_column][/vc_row]